Divorce

05/06/2018

Le logement familial

Lors d’un divorce, le logement familial est lié à plusieurs problématiques : garde des enfants, propriétaire, locataire, prestation compensatoire…

L’ordonnance de non conciliation décide qu’un des conjoints est autorisé à rester dans le logement jusqu’au divorce. Le logement ne peut pas être cédé par son propriétaire jusqu’au jugement définitif. A défaut d’accord entre les époux, le juge décide du sort du logement.

  • Le logement était loué par les époux : le juge attribue le droit au bail à l’un d’eux. Cela dépend de différents facteurs (qui a la garde des enfants notamment).
  • Un ou les deux époux sont propriétaires : attribution à l’un des époux sous forme de prestation compensatoire (ou seulement l’usufruit, ou le droit d’usage et d’habitation). A défaut, partage du logement : vente et partage des sommes.
  • Si le logement était commun, indivis ou personnel à l’autre conjoint : une indemnité d’occupation sera due (sauf si l’attribution est constitutive d’une prestation compensatoire), calculée à partir du jugement définitif (ou avant si le juge le décide). Montant fixé selon la valeur locative du bien.

Ces articles peuvent vous intéresser :

Obtenir de la documentation.

L'un de nos conseillers vous recontacte très rapidement pour vous transmettre la documentation sur ce produit.


Ou contactez directement un de nos conseillers au 09 72 45 87 90

Vos coordonnées ne sont pas utilisées à des fins publicitaires.



* champs obligatoires