Contacts

Appelez nos experts

ou remplissez le formulaire

Réponse sous 24h

Actualités

  • Les annonces fiscales du gouvernement pour 2015 Lire la suite

  • De nouvelles réductions d'impôt sur le revenu en 2015 Lire la suite

  • La mise en oeuvre de la loi Alur : l'encadrement des loyers Lire la suite

Suivez-nous en ligne

Inscrivez vous à la Newsletter

Taux du PFL 2012 sur les placements

Les réformes fiscales survenues depuis l’été 2011 ont porté un gros coup aux placements concernés par le Prélèvement Forfaitaire Libératoire. Les épargnants sont donc mis à contribution pour lutter contre la crise !
 
Ce prélèvement est une option lorsque vous souhaitez récupérer votre argent. La plus-value réalisée (intérêts…) est alors en principe soumise à l’impôt sur le revenu. Mais sur option, vous pouvez demander à être directement prélevé d’un certain montant : le PFL.
 
Le PFL était égal à 19% des intérêts réalisés. Depuis le 1er janvier 2012, le taux est porté à 24% !
 
Sans oublier les prélèvements sociaux, autre versant des prélèvements lors du retrait de votre argent : de 12,3%, ils sont passés à 13,5% !
 
Donc concrètement, lorsque vous optez pour le Prélèvement Forfaitaire Libératoire en cas de retrait de votre argent, 37,5% des intérêts sont prélevés (24% + 13,5%), soit un gain net de 62,5% des intérêts acquis. En 2012, le total des prélèvements s’élevait à 32,5%.
 
Evidemment, le PFL est une option, et non une obligation : vous ne devez opter pour celui-ci que si cela vous avantage par rapport à l’intégration des revenus de votre placement à l’impôt sur le revenu (tout dépend de votre tranche marginale d’imposition).
 

Quels sont les placements concernés ?

 
Tous les livrets non réglementés non exonérés d’impôt sont concernés : compte à terme, livrets boostés, PEL de plus de 12 ans…
Les revenus d’obligations, intérêts des comptes-courants d’associés le sont également.
 

Cas particulier pour les dividendes et l’assurance-vie

 
Les dividendes ont un traitement de faveur : le PFL applicable est limité à 21%. Ceci car les règles applicables lorsque vous intégrez les dividendes à votre impôt sur le revenu sont assez avantageuses (abattement de 40% du montant des dividendes…). Le PFL a 24% n’était donc pratiquement jamais avantageux.
 
L’assurance-vie, quant à elle, bénéficie toujours de son taux de PFL dégressif : 35% pour un rachat effectué entre 0 et 4 ans, 15% pour un rachat effectué entre 4 et 8 ans, et 7,5% pour un rachat effectué par la suite.
 

Comment choisir entre le PFL et l’impôt sur le revenu ?

 

Pour simplifier, il convient de regarder votre tranche marginale d’imposition (TMI). En effet, l’impôt sur le revenu est un impôt progressif par tranche. La tranche à 30% étant plus élevée qu’un PFL à 24%, il sera plus intéressant pour les contribuables soumis à cette tranche d’opter pour le PFL. 

Google
Rappel
IMMEDIAT & GRATUIT
Indisponible pour l’instant
Vous pouvez nous contacter grâce au formulaire ci-dessus.